AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Copain comme cochon [PV : Shirai et Nova]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PersonnageContenu du Message




Colonel


Messages : 17
Date d'inscription : 08/07/2011


Feuille de Personnage
Niveau:
25/100  (25/100)
Expérience:
0/1000  (0/1000)
Equipage: /

MessageSujet: Copain comme cochon [PV : Shirai et Nova]   Jeu 28 Juil - 11:58

Copain comme cochon !
Ah la la L'amitié !
═══════════════════════════════════════════════════════════════

"L'amitié, c'est la fidélité, et si on me demandait qu'est-ce que la fidélité ? Je répondrais c'est l'amitié !"

Copain comme cochon
Me voilà moi, Aoki D. Ishii, Marine, alors que mon père est la plus grosse crapule de ce gouvernement. Je continue à exercer le métier comme tel. J'ai donc était assigné au poste de Colonel sur le G-33. Ici, dans ce vieux bunker de la marine, j'ai donc revu de vieux amis de promotion, comme Shirai et November Terra. Cependant, les deux étaient totalement différents, l'un des deux était colonel et l'autre contre-amiral, un qui travaillait pour la Marine de l'air et l'autre des mers. J'avais retrouvé de bons vieux amis, même si je n'avais pas retrouvé mes chères Aaron et Shinzu. Le bonheur était là tout de même. Je me demandais toujours pourquoi, je m'étais réengagé dans l'organisation mondiale. Juste, pour le goût des bonnes choses ou plutôt dirais-je, le futur goût des bonnes choses. Retrouver une bonne vieille Marine. Une Marine n'ayant qu'un seul but, c'est de protéger le monde de la dévastation !

Je marchais dans un couloir qui me menait dans mon vaste logis, là où, chaque soir depuis bientôt un mois, je séjournais. Je pensais, tout en marchant, les matelots passant uns par uns devant moi, me faisait signe de la main en disant « Bonjour » gaiment. Je ne remarquais point leur présence ainsi que leurs paroles. Je pensais à tout ce qui s'était passé auparavant, toutes les personnes mortes à cause de moi et surtout entre autre, mon paternel. Si je faisais le compte ; deux scientifiques, une bonne dizaine de marine et quelques révolutionnaires dans le lot. Ça fait pas mal quand même...
Soudain, un son aigu vint casser ma rêverie ensanglantée. Une sonnerie retentit dans l'allée et une voix sortie d'un Escargophone dans le coin d'un mur :

« A tous les colonels et contre-amiraux, rendez-vous salle treize »

Je me stoppai quelques secondes avant de me remettre en réflexion. La salle treize, c'est aux sous-sols, donc c'est bien le stand de tir. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens qu'il va y avoir quelques choses de beau là-dessous. En réalité, ces hauts-gradés étaient venus juste pour ce qui allait se passer dans ce sous-sols.

Je descendais une à une les marches de cette tour de combat de la Marine. Je crois que j'étais le seul de tous les hauts-gradés à prendre les escaliers au lieu de cette charmante invention ; l'ascenseur. Un peu de marche de temps en temps, ça ne fait pas de mal. Surtout pour descendre le peu d'étages. Il y avait exactement huit paliers d'une centaine de marches chacun, ce qui me permettait de faire une gymnastique à tout moment de la journée. Arrivé devant la porte blindée de la salle treize. J'ouvris la porte et je vis tous les colonels et le reste de la troupe dans la pièce.

- Et voici, dit l'un d'eux. Le dernier ; toujours le même ; monsieur je ne fais pas comme tout le monde, je prends les escaliers !
- Ta gueule, Heihashi, Répondis-je par simple réflexe d'une voix douce et claire comme un jeune enfant.
- On se calme, interrompit une dame près d'un objet très spécial.

Nous prîmes place autour de la femme et son carton bizarre. Tous les hommes était sapé d'une cape de Marine que donnait l'administration à chaque promotion, sauf un, moi ! Je ne voulais en aucun cas la porter. Pourquoi ? Pour une seule raison simple ; je veux rester sobre ! La Marine en superbe tenue presque légère, commença à parler, mais je ne l'écoutais pas, je continuais à rêvasser, comme un gamin de cinq ans. Elle disait si j'en croie bien mon oreille gauche (celle qui écoute). Qu'elle nous propose de tester chacun de nous, une arme révolutionnaire, tout droit sorti du laboratoire. Il y avait ceux qui n'en avaient rien à faire et ceux qui faisaient leur lèche-bottes pour pouvoir l'essayer. La femme qui faisait plutôt jeune sur elle passa dans les rangs formaient par les Marines que nous sommes. Elle nous donna dans la main, une espèce de flingue disproportionné ; je me demandais comme j'allais tirer avec ça ? J'occultais la fente qui semblait ressemblé à l'endroit où le projectile devait sortir puis la donzelle me reprit et baissa l'arme au niveau de mes membres antérieurs.

- Ce n'est pas une jouet colonel Aoki ! Cria-t-elle si fort.

Nous étions alignés en rang comme du bétail pour essayer une maudite arme. En face de nous des cibles mouvantes qui n'attendaient que de faire faire tirer !

- A trois ! Un ! Deux, ajouta le personnage du sexe opposé.

Cependant, un homme à quelques rangs à côté de moi, tira à deux et tout le monde se mirent à dégommer les cibles. Je vis à ma gauche par surprise une femme, j'aurais dit la vingtaine, environ le mètre quatre-vingts facile ; d'une tignasse aux cheveux blonds scintillants avec le tic de toujours les remettre en arrière ; une combinaison très moulante qui façonne son corps de rêve avec une poitrine qui peut en faire rêver plus d'un ! Des jambes harmonieuses ; un fessier pour le moins bien formé et surtout qui tape à l'œil. Cet accoutrement qu'il l'ornait, lui mettait son corps en valeur, avec des bottes en cuir à première vue. Je ne vais pas saliver plus sur cette charmante jeune femme ; voilà, je vous ai donc présenté November Terra. Une amie d'enfance avec qui, j'ai passé les échelons ; colonel comme moi. Une vraie tigresse au combat (en dehors je ne sais pas). Un esprit combatif et surtout créatif.

En visualisant par la même occasion le voisin de droite ; je vis un autre personnage ; un colosse ! J'aurais dit au pifomètre : deux mètres vingt ou dix. En tout cas, on aurait pu le confondre avec un géant. L'arme dans sa main s'apparentait à un jouet pour bébé. Une chevelure blanchâtre, qui s'accommode à ses yeux. Un regard blanc et avide de sentiment. A première vue cet homme donne la chair de poule. On se demande s'il voit quelques choses. En revenant à ses cheveux ; dès que je le vois, on dirait qu'il vient de se lever, la tête dans les chaussettes (je reste poli). Un teint pale comme la neige et c’est assorti aussi avec le blanc de ses yeux (Cette expression lui va bien ; je le regarde dans le blanc de ses yeux). Assez tourné autour du pot, à ma droite Shirai. Voilà, où, je voulais en venir à côté de moi arboré mes deux compagnons de promotion. Shirai lui qui a profité de mes deux ans d'absence pour monter les échelons. Des vrais amis sur lequel, je peux compter.

- Quoi neuf chez vous… Dis-je en me stoppant prés à dire « Les gags » sachant qu’il y avait mon ami Nova. J’armai le soi-disant flingue et je tirais sur l’une des cibles mobiles et…

- Yes ! Dans le mille, exaltai-je en levant les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Contre-Amiral


Messages : 23
Date d'inscription : 24/07/2011


Feuille de Personnage
Niveau:
31/100  (31/100)
Expérience:
1/2000  (1/2000)
Equipage: Aucun

MessageSujet: Re: Copain comme cochon [PV : Shirai et Nova]   Ven 29 Juil - 13:51

Lorsque Shirai avait entendu l’appel aux officiers, il se lamenta. *Que doit-on faire, encore …* ; Trois années dans la marine l’avaient bien changé, en effet, arrangeant un minimum sa timidité, ainsi que son manque de confiance en lui. Bizarrement, dès lors qu’il commençait à combattre, il reprenait du poil de la bête comme on dit, mais cela n’a aucune importance pour l’instant. Marchant dans le couloir, sa cape de contre-amiral flottant, accrochée à son imposant d’eau. Notre personnage était réellement paradoxal, si solide en surface, et extrêmement fragile à l’intérieur.

Il prit, comme de nombreux autres officiers, l’ascenseur, en regardant droit devant soi, fixant la vis du coin supérieur gauche de la porte pour ne pas rougir de timidité face aux autres gradés qui l’accompagnaient vers le stand de tir. Ravalant bruyamment sa salive en attendant l’ouverture ; il eut la sensation d’être épié à sa gauche par un visage bien plus que familier… n’osant même pas un coup d’œil, une minuscule goutte de sueur perla dès lors à sa tempe. S’écoulant lentement sur la pommette, puis sur la joue, elle coula de sa mâchoire pour s’écraser sur le sol au même moment que les portes s’ouvrirent, ce qui fut un soulagement pour Shirai, qui s’empressa de s’engouffrer dans la salle 13.

Il y avait une marine en tenue légère, et une petite table à côté d’elle, avec un gros carton posé dessus. Presque tout le monde était là. Toussotant pour faire cesser les bavardages, elle inspira clairement pour prendre la parole d’un ton haut ; mais, comme pour la lui couper, la porte s’ouvrit, et tout le monde, y compris Shirai, se retourna. Tendu, il s’apaisa quand il aperçut que ce n’était nul autre que Ishii, un de ses seuls amis dans la marine. Il souriait. Mais heihashi, un de ses confrères contre-amiral, s’esclaffa :

- Et voici, dit l'un d'eux. Le dernier ; toujours le même ; monsieur je ne fais pas comme tout le monde, je prends les escaliers !

-Ta gueule, Heihashi.

*bien envoyé, camarade !*

-On se calme, fit la marine près de la table, comme pour éteindre des braises fraichement réveillées.

Puis, la formation –si on peut qualifier ça ainsi- poursuivit son cours, tel un cours remplis de studieux. Notre jeune contre-amiral était rassuré de savoir son ami avec lui à cette réunion, ce qui le détendit. Regardant à droite, et à gauche, pour revoir le visage familier de l’ascenseur. C’était Terra, sa seule amie avec le retardataire ! Pourtant content de les retrouver, il resta concentré sur l’objectif de ce rassemblement, qui fut dévoilé : des tests de prototypes d’arme. Il fut si captivé par celle qu’on lui avait confié- qui ne ressemblait en rien à une arme- , il n’entendit même pas le sermon contre ishii.

Tout le monde se mit en rang contre le muret qui empêchait l’accès à la zone de tir. Comme des moutons, chacun imitait son voisin de gauche en levant son arme, avec un rythme mécanique ahurissant. Ils n’attendait plus que le signal pour réduire en poussière les plaques mouvantes taillées en bonshommes servant de cible.

- A trois ! Un ! Deux…
-Quoi de neuf chez vous …

Cette phrase ne fut même pas entendue de Shirai, pas plus que le trois presque énoncé quasi en même temps, étouffé par le bruit des balles, détonations, projectiles lancés par les terrifiantes ou dérisoires nouvelles armes développées par les scientifiques de l’institution militaire du gouvernement mondial. Les cibles se faisaient trouer, cogner, déformer, et brûler de toutes parts.

-Yes ! Dans le mille ! S’exaltai Ishii en levant les bras.

Lorsque plus rien ne bougeait sur la surface de tir, certains avaient des sarcasmes, d’autres ne disaient rien, épatés par les miracles de la technologie, mais la plupart d’entre eux se dirigeait vers le carton pour reposer l’ « arme » et s’en aller au plus vite afin de vaguer à leurs occupations, néanmoins, il est facile de deviner qu’à treize heure et dix-huit minutes, la faim frappe tout le monde, officier ou pas, et jamais quelqu’un ne se passait de la cantine d’une base. Cela dit, notre personnage ne remonta pas de suite après avoir remis l’objet dans la boîte, en effet, il se dirigea vers Ishii, et Terra, ses seuls amis depuis qu’il avait été formé dans la marine. Cela faisait désormais 3 ans qu’ils s’étaient rencontrès, et ils n’allaient pas se perdre de vue comme ça. Il énonça :

-Salut, vous allez bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Colonel


Messages : 39
Date d'inscription : 24/07/2011


Feuille de Personnage
Niveau:
28/100  (28/100)
Expérience:
1/1000  (1/1000)
Equipage: Aucun

MessageSujet: Re: Copain comme cochon [PV : Shirai et Nova]   Ven 29 Juil - 21:02

Nova était assise dans un coin sombre de la base, seule, et réfléchissait tranquillement à ce qu'elle allait devenir par la suite... Ce n'était pas la joie tous les jours dans la marine, loin de là même, et l'idée de changer d'air lui avait déjà traversé l'esprit, même si elle n'en avait fait part à personne. Pour le moment, on ne lui confiait aucune mission, et c'était tant mieux, ça lui laissait un peu de temps à elle pour penser. Mais, ça ne pouvait pas durer, pensez-vous... Un appel retentit dans la base, conviant tous les colonels et contre amiraux -soit à peu près tous les gradés de la base- à se rendre en salle 13, qui soit dit en passant était sa salle préférée puisqu'elle servait de stand de tir.

La jeune femme se releva prestement, se dirigeant à grandes enjambées vers l'ascenseur qui descendait dans le sous-sol de la base, ce qui l'arrangeait bien : elle n'aurait pas besoin de marcher plus que de nécessaire. Elle arriva la première dans l'appareil, et se réserva un coin de l'appareil, de façon à ne pas être dérangée. Laissant la possibilité à d'autres officiers de la rejoindre ici, elle n'appuya pas immédiatement sur le bouton qui allait les mener en bas...

Le compartiment s'emplit peu à peu, mais ils n'étaient pas totalement serrés les uns contre les autres, il restait assez de place pour pouvoir se mouvoir aisément. Un visage attira l'attention de la jeune femme : c'était Shirai, un ancien collègue de promotion... Et c'était ce qui pouvait le plus se rapprocher d'un ami pour elle... Enfin, un ami... C'était vite dit : elle n'éprouvait pas d'affection... A la limite, une certaine sympathie, mais rarement plus.

Ils arrivèrent enfin dans les sous-sol du bâtiment, plusieurs étages en dessous de la surface. La jeune femme fut la dernière à sortir de l'appareil, laissant les portes se renfermer dans un petit chuintement derrière elle. Ils passèrent la porte de la salle 13, qui se remplissait peu à peu d'officier de la marine. Nova se fit la réflexion qu'une bombe ici et maintenant pourrait affaiblir fortement le gouvernement mondial à South Blue... Mais, bon, ce devait être sûr.

Une autre de ses connaissances dans la marine -Ishii- arriva en retard, rembarrant brusquement un autre des officier présent d'une simple phrase, provoquant immédiatement une réaction de la personne chargée de surveiller les essais. Elle-même eut un sourire en coin, il était l’une des seules personnes à pouvoir provoquer ce sourire… Il était vrai de dire que c’était un comique. De lui-même ou non, peu importait, mais il était drôle par nature.

On leur distribua ensuite des armes apparemment nouvelles, des prototypes... L'arme était allongée, une fente au bout permettait de laisser passer le projectile... Mais le canon était un peu plus gros qu'un fusil habituel. Le chargeur ne contenait que quelques balles, mais apparemment plus destructrices que tout ce qui était utilisé actuellement. Le tout donnait une arme plus lourde que les autres, ce qui gênait un peu la jeune femme qui aimait bien la mobilité, mais le potentiel destructeur devait en être fortement renforcé.

Nova leva la sienne, visant au préalable une cible, sans toutefois tirer... L'angle de vue n'était pas mauvais... Elle pourrait arriver à s'en servir pas trop mal en toute logique. Un décompte se fit entendre, la ramenant à la réalité. Elle ajusta sur la cible le plus proche, attendant le moment pour tirer. Arrivé à 2, l’une des personnes tira, manquant d’ailleurs sa cible remarqua la jeune femme. Ce fut l’équivalent d’un signal, et tous se mirent à tirer –tous sauf elle-. Elle ajouta 3 dans sa tête, puis à son tour commença à ouvrir le feu. Elle toucha sa première cible sur le côté, arrachant une partie de celle-ci. Son tir n’avait pas vraiment été précis, elle avait été surprise par le recul de l’arme en fait. Elle enchaîna sur la cible d’à côté, donc un peu plus loin… Et cette fois-ci, un gros impact en déforma le centre.

Ce n’était pas vraiment une mauvaise arme, parfaite pour la destruction, mais pour la précision, il faudrait repasser… En tout cas, elle-même préférait son bon vieux fusil, qui lui permettait d’avoir bien plus de chances de toucher sa cible, et une balle bien placée peut avoir un impact dévastateur, peu importe la puissance de l’arme en elle-même. Elle alla remettre son arme à la « surveillante », la déposant précautionneusement dans la petite boîte de carton. Elle rejoignit ensuite Ishii, en attendant que Shirai s’approche. Celui-ci arriva, lançant joyeusement un :


« -Salut, vous allez bien ? »

Prenant le pas sur son compagnon, Nova lui répondit d’une voix qui avait perdu sa froideur habituelle, mais qui n’était pas non plus chaleureuse… Une voix neutre en fait, le mieux qu’elle pouvait faire pour essayer de sembler sympathique :


« -Eh bien, aussi bien qu’on peut aller après un joli massacre comme celui-ci. »

Un sourire sadique étira le coin de ses lèvres… Elle aurait préféré pouvoir tirer sur de véritables personnes, surtout au vu de l’effet destructeur des armes… Elle aurait pu les faire agoniser pendant des heures probablement.
Se rendant compte qu’ils étaient entre « amis » ou du moins collègue, elle réprima ses envies de meurtre, réduisant son sourire lourd de sens à un petit sourire en coin, mais de mauvais augure… Et on n’aurait pas pu qualifier cela de rassurant. Pour tenter de réduire l’effet un peu… Malsain de sa phrase, elle ajouta prestement :


« -Mais c’était un peu chaotique en tout cas… Enfin, pour le moment, j’ai faim. Que diriez-vous d’aller manger ensemble ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Colonel


Messages : 17
Date d'inscription : 08/07/2011


Feuille de Personnage
Niveau:
25/100  (25/100)
Expérience:
0/1000  (0/1000)
Equipage: /

MessageSujet: Re: Copain comme cochon [PV : Shirai et Nova]   Sam 30 Juil - 20:13

Copain comme cochon !
Ah la la L'amitié !
═══════════════════════════════════════════════════════════════

"L'amitié, c'est la fidélité, et si on me demandait qu'est-ce que la fidélité ? Je répondrais c'est l'amitié !"

Copain comme cochon
Personne ne répondit à ma question, notre belle et ravissante Nova, était captivé par les essais navals, lorsqu'elle était dans ce genre de position ou réflexion, à chacun son interprétation. Elle avait un charme ; pas que par son corps, mais je ne sais pas comment le dire, elle avait un truc, un geste, tic, qui me faisait tomber sous le charme. Cela ne prouve pas que je l'aime ou que je veuille lui demander sa main (Même pas vrai). Nova et moi, c'était comme les Bons vieux amis du jeune temps. Toujours entrain, de se narguer ou de se chambrer amicalement bien sûr. Je cherchais souvent à la faire rire. En tout cas, je savais sur qui, compter !

Alors, pour Shirai, ce n'est pas le contraire, mais presque. Je ne veux pas être grossier, c'est comme s'il avait un balai dans le cul ! Il est timide, pour le faire rire, il faut être doué, c'est pour ça que c'est mon ami, car comme je me connais, je serais capable de sortir la meilleure blague comme la pire. Avec le timide, je savais que c'était ça, du fait qu'il ne rigolait que très peu. De plus avec ce mec, t'es pas près, d'être repéré. Une vraie tombe, je ne sais pas s'il n'ose pas ou si ce n'est pas simple politesse. Cette timidité peut lui être un avantage, comme un inconvénient, mais je l'aime comme il est mon cher Shirai.

Après avoir tant déchiqueté, les unes après les autres les cibles en forment de corps humains. Je m'arrêtais et je vis Nova et Shirai, se parlait avec peu d'enthousiasme.

- Salut, dit le jeune réservé en criant pour que je puisse l'entendre. Vous allez bien ?

- Eh bien, répondit-elle avec un ton un peu froid. Aussi, bien qu'on peut aller après un joli massacre comme celui-ci.

Elle acquiesça d'un sourire sadique comme si faire cet entraînement, lui avait plus.

- Mais, ajouta- la jeune femme au contour si fin. C'était un peu chaotique en tout cas... Enfin pour le moment, j'ai faim. Que diriez-vous d'aller manger ensemble ?

Je la regardai parler, bouger, son corps m'avait ensorcelé. Je ne pouvais dire que :

- Oui, cela serait un réel plaisir ma chère Nova !

Je la pris sous le bras et l'emmena hors de cette pièce pleine de poussière et d'humidité. Pour lui montrer ma profonde amitié, je fis une feinte pour prendre l'escalier. Et je tournai au dernier moment pour prendre l'ascenseur. C'était une nouveauté pour moi, cette machine qui monte et qui descend. Au moment de tourner, je la regardai dans les yeux et formai un sourire au coin de ma bouche. Le jeune Shirai suivait, mais à l'arrière. Nous montâmes dans la machine et nous commençâmes à parler de tout et de n'importe quoi, de la vie, du boulot. Je profitais de cette occasion pour placer une petite blague, qui j'espérais aller faire rire, le coincé.

- Alors, dis-je en toussotant pour m'éclaircir la voix. C'est une vieille qui est dans un ascenseur, elle arrive au premier étage, lorsqu'une très belle jeune femme rentre dans l'ascenseur, elle avait beaucoup de parfum qui se fit sentir et elle dit : "Coco Channel 150 euros", la jeune femme et la vieille arrivent au deuxième étage lorsqu'une deuxième jeune femme encore plus belle que la première, rentre dans l'ascenseur et elle aussi, avait beaucoup de parfum donc le fit sentir et elle dit : "Dior 350 euros" elles arrivent toutes les trois au troisième étage lorsque la vielle pète discrètement et en sortant de l'ascenseur elle dit : "flageolets 49 centimes la boîte"

Je me mis à rire moi-même, mon rire se fit coupé par un « DING ». C'était la fin du voyage, nous étions à l'étage de ravitaillement : l'étage de la cantine. Je m'empressais à aller me gaver. J'ouvris la porte à ma petite Nova et lui montrai sa table. Je lui donnai la carte, des menus et, elle y jeta un coup d'œil.

J'étais entre amis, entre bon vieux amis de promotion. J'avais envie de faire péter le champagne, mais les moyens n'y étaient pas. Je regardai la carte à mon tour. Je ne mis même pas plus de dix secondes à choisir. Et je sortis ma tête du livre et un homme à côté de moi ; m'interpella :

- Vous avez choisi ? Monsieur ?

- Alors... bah comme d'habitude, un faux filet sur son lit de brocoli à l'ail. Dis-je sur l'air de la plaisanterie.

- Oui, monsieur, tout de suite. Aujourd'hui les brocolis viennent de South Blue et non pas de North Blue.

- Parfait ! Exaltai-je. Et vous les amis ; enfin non que suis-je bête, les femmes d'abord, pardonne moi mon cher Shirai !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Copain comme cochon [PV : Shirai et Nova]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Copain comme cochon [PV : Shirai et Nova]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Blues - Les Quatre Océans :: Bases de la Marine :: South Blue : G-26, G-28, G-29, G-30, G-33-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit